Copropriété : bien négocier son contrat de syndic ?

Pour une première collaboration avec un syndic de copropriété ou un renouvellement de contrat, une garantie de grande satisfaction est toujours à rechercher. Réussir à alléger les charges de copropriété est surtout un bon moyen de se satisfaire. Pour y parvenir, il est essentiel de bien négocier son contrat de syndic.

Les points les plus essentiels pour la négociation

Les points à contrôler sur le contrat de syndic sont premièrement sa durée et les coûts y afférents. La meilleure stratégie est de prendre un contrat annuel. Dans ce cas, vous pouvez changer votre syndic si ce dernier n’a pas réussi à répondre à votre attente dans un délai très raisonnable d’un an. Vous devez ensuite inspecter attentivement l’honoraire réclamé par le syndic pour son service de gestion. Pour effectuer cette vérification, faire plusieurs calculs des montants de chaque lot et du forfait annuel est essentiel. Deuxièmement vérifiez bien le coût de l’archivage des documents de la copropriété qui peut atteindre une énorme somme. Le principe est de négocier ce prix pour atteindre le plus bas montant possible. À ne pas oublier que le syndic n’a pas le droit de vous demander un frais additionnel aux frais d’archivage même s’il engage un tiers pour l’archivage.

Autres points qui peuvent vous coûter cher

La gourmandise d’un syndic peut le pousser à élever plus que la normale la rémunération des travaux. Certains travaux seulement sont applicables d’honoraire spécifique. Les travaux et les honoraires sont votés ensemble lors d’une réunion ou d’une assemblé général aux mêmes règles de victoire au vote. Une autre négociation possible est celle de la vacation horaire. Les employés du syndic sont payés à l’heure lors du temps qu’ils passent dans l’assemblée. Le prix de leur expertise augmente si l’assemblée générale se fait dans un horaire non ouvrable. Essayez donc de négocier d’abord le prix de vacation. Si cette négociation s’avère impossible, vérifiez ensuite les heures déclarées pour l’assemblée dans le contrat et intervenez ces horaires pour qu’ils tombent dans des heures ouvrables.

Les petits détails ayant peut-être un coût significatif

La location d’une salle pour effectuer l’assemblée générale ne doit pas vous faire dépenser beaucoup d’argent. La solution si la salle n’est pas gratuite est de chercher vous-même une salle moins coûteuse. Optez pour une salle communale par exemple. Les frais de timbre, l’état daté et les frais de mutation sont négociables. Enfin, mettez toujours en concurrence plusieurs syndics afin d’acquérir le meilleur rapport qualité/prix et avoir un bon prix sur le service d’un syndic voulant garder son client.

Quitter la version mobile