3 moyens d’emprunter en étant au chômage

En tant que chômeur, il peut vous arriver de vouloir réaliser un emprunt. Seulement, les organismes de crédit émettent quelques réserves face à une demande de prêt faite par une personne au chômage. Toutefois, selon votre cas, il existe plusieurs solutions qui peuvent vous aider.

Faire une demande de prêt auprès de la Caisse d’allocation familiale

Afin d’emprunter en étant au chômage, vous avez le droit de contracter un prêt sans intérêts auprès de la CAF ou Caisse d’allocations familiales. Cette demande peut être liée à des charges spécifiques. Il peut arriver que vous ayez besoin d’entreprendre des réparations dans votre domicile, de vous procurer des appareils électroménagers indispensables ou encore d’accueillir l’arrivée d’un nouveau-né. Ces situations permettent de bénéficier un crédit. Certaines conditions sont, bien entendu, imposées par l’enseigne avant de toucher la somme prévue. Pour connaître les modalités, vous pouvez contacter votre CAF. Les montants attribués peuvent également varier selon les exigences requises.

Réaliser une souscription de crédit auprès d’une banque

Habituellement, pour emprunter en étant au chômage, la plupart des personnes se retournent vers les établissements de crédit ou les banques. Seulement, il est impératif que ces organismes vérifient votre solvabilité. Pour ce faire, ils contrôlent vos dernières fiches de paie ainsi que vos relevés bancaires. Par la suite, s’ils jugent que votre situation financière est encore trop sensible, votre demande de prêt est directement rejetée. Afin d’augmenter vos chances de recevoir de l’argent, certaines garanties doivent être apportées à votre dossier. La garantie réelle est, par exemple, utile si le montant que vous désirez recevoir est assez conséquent. Il s’agit notamment d’une hypothèque. La caution peut aussi être nécessaire. Dans ce cas, l’un de vos proches se portera garant pour vous.

Se lancer dans un microcrédit à titre personnel

Une autre option pour emprunter en étant au chômage est d’entreprendre un microcrédit personnel. Ce sont en particulier les individus à faibles revenus qui font recours à cette méthode, y compris les chômeurs. Les autres personnes dans une situation financière stable peuvent également en bénéficier. Si les conditions de revenus ne sont pas précisées, il importe que l’activité soit axée sur un principe d’insertion professionnelle. La somme prêtée sera différente d’un chômeur à un autre, toujours en fonction de la situation. Approximativement, elle est évaluée entre 300 à 5 000 €. L’échéance de remboursement peut s’étendre jusqu’à 5 ans. Les frais de dossier sont, en général, offerts et les taux d’intérêt peuvent atteindre les 3 à 4 %.

Quitter la version mobile